L'Art

Prix

120 € 18000 € Appliquer

dimensioni opera


7 cm 226 cm

9 cm 225 cm

0 cm 77 cm

33 cm 52 cm
Appliquer

Artiste

L'Art

Dans notre catalogue vous trouverez les Objets et d'Œuvres d'art d'Art à partir du XVI ° siècle jusqu'à nos jours.

l'Art antique, icônes, art contemporain, art antique, art de l'800 '900


Vous les travaux d'art semblable à vendre? Contactez-nous!  Acheter T  Acheter de l'e-Mail   - on Acheter-W

 

trier par

Grand Tapa de Nouvelle-Guinée
nouvelles
ARARNO0095614

Grand Tapa de Nouvelle-Guinée

ARARNO0095614

Grand Tapa de Nouvelle-Guinée

Tissu en écorce et décoré. Splendide exemple d'art-artisanat, qui fait référence à l'une des méthodes les plus anciennes pour obtenir des vêtements sans recourir au tissage ou au tissage, mais en utilisant l'écorce interne de certaines espèces d'arbres. C'est une méthode qui a été pratiquée en Afrique centrale, en Asie du Sud-Est, au Japon, en Amérique du Nord et de la Méso-Amérique aux Andes, en Amazonie et dans les régions du Gran Chaco. Le terme Tapa désigne notamment tous les tissus d'écorce d'Océanie, mais en réalité c'est un mot originaire des îles Fidji. En fonction de la zone dans laquelle ces tissus d'écorce sont produits, différentes espèces d'arbres sont utilisées: alors qu'en Afrique le figuier est utilisé, en Indonésie et les îles du Pacifique le plus écorce utilisée est celle de l'arbre de mûriers de papier, dont le plus haut Des tissus de qualité sont produits, qui restent blancs et peuvent être décorés de différentes manières. Si autrefois le tissu d'écorce était porté quotidiennement, même simplement enroulé autour du corps, il a été remplacé au fil des siècles par du coton, mais encore aujourd'hui il est préféré aux tissus occidentaux pour les occasions rituelles et cérémonielles; surtout, ces tissus continuent d'être d'importants échanges, cadeaux de valeur lors de naissances, anniversaires, mariages (avec échanges entre les parents du marié et ceux de la mariée), funérailles et cérémonies à la famille royale. A cela s'ajoute la production alimentée par le marché touristique florissant de ce tissu. La tapa présentée ici est décorée de motifs géométriques répétés, qui évoquent les cabanes et la rue du village. Le bord supérieur n'est pas droit, mais formé de grandes franges triangulaires. Il est présenté monté sur un panneau et fermé dans un boîtier en plexiglas.

dans le panier

1800,00€

dans le panier
Xavier Bueno
nouvelles
ARARCO0093034

Xavier Bueno

Filles

ARARCO0093034

Xavier Bueno

Filles

Huile sur carton toile. Signé en bas à gauche. Après son enfance passée en Espagne, son pays natal, Genève et Paris, Xavier Bueno s'installe en Italie en 1940, à Fiesole, où il rejoint son frère Antonio, Pietro Annigoni et Gregorio Sciltian. au groupe des «Peintres modernes de la réalité», dont le manifeste proposait une observation «objective» de la vérité, de la nature et de sa reproduction fidèle que possible. L'expérience de la guerre civile espagnole d'abord, puis italienne, oriente de plus en plus l'artiste vers un réalisme lié à des raisons de fort contenu social. 1953 marque un tournant important pour la carrière de Xavier: c'est l'année de l'adhésion explicite à la poétique du réalisme socialiste, adhésion qui vient après un parcours personnel qui le voit pratiquer la peinture «engagée» depuis l'avant-guerre, avec une nette avancée art de la gauche italienne. Autre étape fondamentale de la carrière de Xavier, le voyage au Brésil en 1954: l'artiste revient de cette expérience plein d'enthousiasme et avec une série d'encres dont les principaux protagonistes sont des enfants, des adolescents, des ouvriers. A partir de ce moment, le thème de l'enfance est devenu de plus en plus récurrent, peu à peu les personnages ont été représentés immobiles, dans une sorte de brouillard irréel, dépourvu de profondeur uniforme, de rigueur de perspective, dans lequel ils émergent comme évoqués. Le travail présenté ici fait partie de cette production. Entre 1959 et 1964, Xavier crée le cycle des «Enfants», images souffrantes et œuvres symboliques mélancoliques d'une humanité humiliée et opprimée, que l'artiste présente à l'exposition «España libre». Sa technique a également subi une évolution, qui l'a conduit à rechercher un épaississement de la matière, épaissie par l'ajout de sable à la peinture; l'utilisation du collage, déjà expérimenté par lui dans les natures mortes, se fait également remarquer dans le domaine du portrait figuratif. La matière de ses peintures est devenue telle qu'elle en est venue à les définir «fresque sur toile». Œuvre présentée dans le cadre.

Appel

de gré à gré

Appel
Xavier Bueno
SELECTED
nouvelles
SELECTED
ARARCO0093033

Xavier Bueno

Garçon, 1966

ARARCO0093033

Xavier Bueno

Garçon, 1966

Huile sur carton toile. Signé en bas à gauche. Autre signature, date et titre au dos. Après son enfance passée en Espagne, son pays natal, Genève et Paris, Xavier Bueno s'installe en Italie en 1940, à Fiesole, où il rejoint son frère Antonio, Pietro Annigoni et Gregorio Sciltian. au groupe des «Peintres modernes de la réalité», dont le manifeste proposait une observation «objective» de la vérité, de la nature et de sa reproduction fidèle que possible. L'expérience de la guerre civile espagnole d'abord, puis italienne, oriente de plus en plus l'artiste vers un réalisme lié à des raisons de fort contenu social. 1953 marque un tournant important pour la carrière de Xavier: c'est l'année de son adhésion explicite à la poétique du réalisme socialiste, adhésion qui fait suite à un parcours personnel qui le voit pratiquer la peinture «engagée» depuis l'avant-guerre, avec une claire avance sur l' art de la gauche italienne. Autre étape fondamentale de la carrière de Xavier, le voyage au Brésil en 1954: l'artiste revient de cette expérience plein d'enthousiasme et avec une série d'encres dont les principaux protagonistes sont des enfants, des adolescents, des ouvriers. A partir de ce moment, le thème de l'enfance est devenu de plus en plus récurrent, peu à peu les personnages ont été représentés immobiles, dans une sorte de brouillard irréel, dépourvu de profondeur uniforme, de rigueur de perspective, dans lequel ils émergent comme évoqués. Le travail présenté ici fait partie de cette production. Entre 1959 et 1964, Xavier crée le cycle des «Enfants», images souffrantes et œuvres symboliques mélancoliques d'une humanité humiliée et opprimée, que l'artiste présente à l'exposition «España libre». Sa technique a également subi une évolution, qui l'a conduit à rechercher un épaississement de la matière, épaissie par l'ajout de sable à la peinture; l'utilisation du collage, déjà expérimenté par lui dans les natures mortes, se fait également remarquer dans le domaine du portrait figuratif. La matière de ses peintures est devenue telle qu'elle en est venue à les définir «fresque sur toile». Œuvre présentée dans le cadre.

Appel

de gré à gré

Appel

"Ce site ou des outils tiers de cela utilisé utilisent les cookies nécessaires au fonctionnement et utiles pour les raisons décrites dans la politique de cookie. Plus d'informations.<\/span><\/a><\/u><\/strong>" OK